BRASSE COULÉE

  1. BRASSE COULÉE -:-- / -:--

Tout commence toujours dans l’eau du lit de la rivière
Là où le courant nous porte la tête à l’envers
Qu’il est agréable de se laisser faire

Et puis viennent sourdes branches et cachés cailloux
Qui taillent têtes, hanches, dos et derrière des genoux
Qu’il est regrettable que le fil de l’eau souvent se noue

Bien sûr du bord de la berge c’est comme si on voyait tout
Mais du bord de la berge, la vie se passe sans nous

C’est qu’il faut finir par nager
Sauf à désirer douleur et vie de supplicié
Faites quelques bancs de sable, que le fond sauve de se noyer

Si on vit sa vie comme on nage, ici, c’est brasse coulée
Sous les orages, les eaux gagnent en intensité

Si on vit sa vie comme on nage, ici, c’est brasse coulée
Sous les orages, les eaux gagnent en hostilité
Qu’il est secourable d’aimer sans être aimé

Bien sûr du bord de la berge, c’est comme si on voyait tout
Mais du bord de la berge, la vie se passe de nous